Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le gland

Publié le par l'oeil et l'oreille

Le gland

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

Eolienne

Publié le par l'oeil et l'oreille

L'enfant bleu

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

Lucioles

Publié le par l'oeil et l'oreille

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

L'enfant bleu

Publié le par l'oeil et l'oreille

enfant_bleu

" Avec Orion j'apprends, j'apprends beaucoup. Que recouvre cette étrange certitude ? Que j'apprends à ne pas savoir, à ne pas comprendre et pourtant à vivre. Que surtout j'apprends à attendre. Attendre quoi ? Est-ce Orion qui répond à ma place ? On ne sait pas.
[...] Il est le déshérité, c’est vrai, il a sans doute été choisi, au fond du ténébreux inconscient familial, pour être le symptôme de son mal.
Il est aussi le produit d’une certaine pensée que façonnent à travers le monde la télévision et la publicité. Pourtant cela n’altère pas le fond natif, originel qui apparaît chaque fois que l’événement, la douleur ou la joie percent l’écran d’opinions ou de pensées toutes faites dans lesquelles l’époque et son milieu le tiennent enfermé. (…) Orion et moi, nous sommes du même peuple. Quel peuple ? Le peuple du désastre. Qu’est-ce que ça veut dire le peuple du désastre ? La réponse, imparable, avec la voix d’Orion dit : « On ne sait pas ». (…) Ce n’est pas une réponse, c’est mon peuple. Point. "

 

Un très beau livre que ce cheminement à deux d'Orion, adolescent psychotique, et de Véronique, sa psy-un-peu-docteur, accompagnante, étayante, sécurisante, tout en se reconnaissant désarmée...

Et l'art qui construit, pour passer du "on" vers le "je" qui inscrit, qui donne enfin une place à soi...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Petites indiscrétions de campagne (10)

Publié le par l'oeil et l'oreille


La fuite

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

La cachette

Publié le par l'oeil et l'oreille

Mes plates excuses...

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

Les fins de marché

Publié le par l'oeil et l'oreille

Les fins de marché

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Jardin secret

Publié le par l'oeil et l'oreille

Jardin secret

Publié dans à la loupe

Partager cet article

Repost 0

Gérard Cambon

Publié le par l'oeil et l'oreille

Gérard Cambon

 

Un petit tour du côté de la galerie Béatrice Soulié, pour y retrouver le petit peuple de Gérard Cambon, un brin d'humanité dans un monde de rouille, la saveur d'un imaginaire enfantin...


Gérard Cambon

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Art et déchirure

Publié le par l'oeil et l'oreille


Affiche01 (Par SAGIT-DELAUNAY)

 

 

Petite fenêtre ici empruntée de ce côté-là, pour présenter l'expo Art et Déchirure à laquelle participera Caroline Dahyot, une artiste que j'ai rencontrée au hasard d'une ruelle de bord de mer, dans la Baie de Somme...

Et comme je trouve que les mots d'Alain Bouillet retranscrivent très fidèlement son travail et son rapport intime aux objets qu'elle crée, je vous laisse en compagnie de sa plume...

 

Caroline-Dahyot

Du travail de Caroline Dahyot on pourrait dire, sans conteste, qu’il s’agit bien d’art : du plus surprenant et du plus authentique qui soit. Mais, à s’en tenir là – et, j’ajouterai, ainsi rassuré – on passerait évidemment à côté de l’essentiel.

Car il est clair que toutes les productions de Caroline (oserais-je écrire : les sécrétions tant ces choses semblent être une partie d’elle-même et témoignent des secrets qui concourent à leur fabrication ainsi que de l’usage qui peut en être fait)  – poupées, dessins, tapisseries, broderies…et jusqu’au lieu où elle demeure, tout à la fois: cocon protecteur, antre chimérique, réceptacle des imaginaires en souffrance -– ont évidemment bien d’autres fins que d’aller, pour notre plaisir, entamer la taie de nos regards.

Au-delà du qualificatif d’art dont prudemment on les recouvre (pour mieux en déminer l’inquiétante étrangeté ?), il s’agit bien en fait d’objets hautement investis de puissances complexes, objets de rites obscurs, d’exorcisme et de magies roses ; porteurs de sortilèges bénéfiques, diffuseurs de filtres d’amour. Objets de conjuration et de réparation des dysfonctionnements de la quotidienneté rêvée : le sort qui nous est contraire, la santé qui défaille, l’amour qui s’effrite, le chagrin qui nous chavire…

Apotropaïques, disaient les grecs : Qui détournent le danger, qui protègent…

Alain Bouillet

 

Ne manquez pas non plus les autres artistes à découvrir sur le blog d'Art et Déchirure... (cliquer sur l'affiche de l'expo, le lien est caché derrière...)

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>