Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A travers les gens...

Publié le par l'oeil et l'oreille

Sncf...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Le papier cadeau

Publié le par l'oeil et l'oreille

Le papier cadeau...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

L'âme est comme une cuvette d'eau

Publié le par l'oeil et l'oreille

L'âme est comme une cuvette d'eau...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Les réveils difficiles

Publié le par l'oeil et l'oreille

Les réveils difficiles

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

L'atelier à la trace...

Publié le par l'oeil et l'oreille

Vertige des lenteurs

Visite hier à la Cité des Artistes, rue Ordener, à Paris dans le 18ème...
Peu de choses qui m'aient vraiment accroché l'oeil dans les réalisations, mais entrer dans l'espace "privé" des artistes n'est jamais anodin...
L'impression de croiser pour chacun d'eux un petit bout d'univers, et le plaisir de retrouver l'odeur de la térébenthine...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Les mains d'Holomoon

Publié le par l'oeil et l'oreille

Pulsations

Witch of...

Petite scéance photo ce week-end avec l'illustrateur de l'album Des mouches pour Nemon (un petit extrait ci-dessous), que je vous engage d'ailleurs à découvrir, et les mains d'Holomoon....
De ces rencontres bien agréables...

G_6256_01

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Il en restera toujours quelque chose...

Publié le par l'oeil et l'oreille

Il en restera toujours quelque chose...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Prose perdue

Publié le par l'oeil et l'oreille

Prose perdue




Pluie de terre

Et mes os se briseront
Os blancs, criblés de vers
Et ma langue devenue mauve
Prose perdue où tout se pose
Et les visages se déferont
Fleurs gelées au froid d'hiver
Et ta main ferme la grille
La grille de fer où tout se perd

C'est une pluie de terre
Qui nous fera taire
C'est un chemin de cendre
Qu'il nous faudra descendre

Et la lumière se brisera
Iris blanc sous les paupières
Et tes pleurs se faneront
Femme d'automne dans les allées

C'est une pluie de terre
Qui nous fera taire
C'est un chemin de cendre
Qu'il nous faudra descendre.


Marcel Kanche
, Dog Songe

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

Le plus important...

Publié le par l'oeil et l'oreille

Le plus important...


...c'est d'être pas mort...

Publié dans L'oeil à ouvrir

Partager cet article

Repost 0

La garde basse et le front haut

Publié le par l'oeil et l'oreille




La garde basse et le front haut...

C'est vrai qu'on a beau dire, c'est vrai qu'on a beau faire
C'est vrai qu'on a beaucoup d'amour à se défaire
C'est vrai qu'on a bouffé les prunelles amères
Que des larmes de pierre ont roulé sous nos pieds
Qu'on s'est armé de fer pour le prochain été
Et c'est dommage tu sais...
A trop apprendre on devient vieux, on devient raisonnable
On se fait une gloire d'être invulnérable

On oublie la chaleur de la flamme, les heures de solitude
On oublie la chaleur d'une femme, la morsure des succubes.
Mais s'en aller le coeur puceau, prendre des coups de débutant
La garde basse et le front haut, la noblesse des perdants
Refaire cent fois les mêmes erreurs, dans tous les murs foncer tête première
Pour armure n'avoir que sa candeur, comme pouvoir, que de laisser faire

C'est vrai qu'on a beau fuir, c'est vrai qu'on a beau taire,
Les plus beaux souvenirs gardent un goût de terre
C'est vrai qu'on a juré qu'on nous y prendrait plus
Que l'on a bien voulu nos destins contrôler
Que l'on porte fourbus nos petits coeurs d'acier
Et c'est malin, c'est vrai
Faut voir comme on est peinards dans nos tours solitaires
Et comme on a la classe du haut de nos enfers

On oublie la chaleur de la flamme, les heures de solitude
On oublie la chaleur d'une femme, la morsure des succubes.
Mais s'en aller le coeur puceau, prendre des coups de débutant
La garde basse et le front haut, la noblesse des perdants
Refaire cent fois les mêmes erreurs, dans tous les murs foncer tête première
Pour armure n'avoir que sa candeur, comme pouvoir, que de laisser faire...

Candide, Les Vendeurs d'Enclume


En notes et en images qui bougent par ici :



Publié dans L'oreille à tendre

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>