Les chroniques de La Blanche

Publié le par l'oeil et l'oreille

Je colle la dernière chronique de Mr La Blanche ici, mais que ça ne vous dispense surtout pas d'aller lire les autres par là : Les blabla de La Blanche

le jeu de la mort : olé ! / Chronique N°26

L'autre jour, il y avait le documentaire "Le jeu de la mort" sur France 2. Je ne l'ai pas regardé, ma soirée était déjà prise : j'avais bar. Et puis surtout, je n'ai pas la télé : je n'aimerais pas habiter avec un boa vivant. Mais j'ai beaucoup entendu parler de cette émission où les candidats électrocutent un comédien.

Et je ne vois pas trop où est le problème : moi, personnellement, je donnerais beaucoup pour pouvoir électrocuter un comédien, même inconnu. Sauf que, dans cette émission, les décharges sont fausses et le comédien ne ressent rien (ce qui ne le change guère de ses prestations habituelles). Dommage, on n'a même pas la joie simple de pouvoir électrocuter un phraseux pour de vrai.

Le sujet du docu est, semble-t-il, de démontrer qu'en cas de stress et de pression de la part d'une autorité, la plupart des individus sont capables d'avoir des comportements inhumains.
Quel scoop ! Avoir des comportements inhumains, c'est très humain, pourtant.

La question sous-jacente du docu est celle de la résistance à l'autorité (ici, celle de la TV) quand elle nous pousse à faire des choses moralement... disons... olé olé.

Urban-Camouflage-10.jpg Par exemple, se retrouver dans un einsatzgruppe en 1941 quand on est un bon gendarme père de famille bavarois et exterminer des innocents, est-ce "olé olé" ?  Indéniablement oui. (lire : "Des Hommes ordinaires" de Christopher Browning)

Et électrocuter un candidat dans un jeu télévisé ? Oui, aussi (mais moins). Spéculer sur les marchés financiers pour s'enrichir jusqu'à la crise qui va jeter des millions de pauvres hors de chez eux ?  Porter la même coupe de cheveux qu'Eric Zemmour ?

Mmh ?

Et laisser des humains, fussent-ils sans papiers, être traités comme des criminels ? Passer devant un sans abri sans lui jeter le moindre regard ? Laisser la moitié de l'humanité crever de faim pendant que nos pays et leurs multinationales s'enrichissent sur son dos ? Ignorer délibérément la catastrophe écologique qui s'annonce, avec ses millions de morts à la clé  ?

On fait tous - ou on laisse tous faire - des trucs passablement "olé olé", le plus souvent sans faire exprès, alors du coup, ce doc, ça fait un peu enfonçage de porte ouverte au bulldozer.

Je veux bien résister, moi, mais c'est pas évident, non plus. J'ai compté le nombre de trucs olé olé que je devais faire ou subir dans une journée : il y en a à peu près 200.

Alors le soir, quand je rentre chez moi, à force d'idioties, d'injustices et d'aigreurs accumulées, je deviens subversif ; j'entre en résistance. J'attaque le système là où je sais que je peux lui faire mal, j'accomplis le geste de rebellion
indispensable tandis que résonne en moi cette phrase qu'on répète aux soldats : penser, c'est déjà désobéir. Et je deviens un warrior. Une bête de combat. Assoiffée de sens.

Je revêts mon plus beau treillis de sous-commandant, je me fais des peintures de guerre, je pousse mon cri et, d'une
féline roulade sur le tapis, je bondis vers mon arme :

Dans la fureur et dans la liesse, je prends un livre.

Et je m'instruis.

Publié dans L'oeil à ouvrir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article