La marée des aubes

Publié le par l'oeil et l'oreille

La marée des aubes

Fonds franchis par la marée des aubes, impitoyables absents aux baisers cagneux, j'en crève d'en rester là, tous fantasmes enlisés et certitudes défoncées, le bélier de vivre enfoncé dans les souvenirs et le flux consanguin pris dans le tempo des jours qui tombent.

Benjamin Colin Nous brûle

Publié dans En gants roses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
<br /> <br /> Coucou,<br /> <br /> <br /> Comment peut-on lire en entier ce texte ? Cela m'intéresse ...<br /> <br /> <br /> Des bises.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> oh ben ça fait plaisir de te voir par là toi ! j'espère que tout va bien pour toi, ta petite famille, et le Chien...<br /> <br /> <br /> pour le texte, ce recueil n'est pas édité, mais l'un des suivant est dispo à priori à la librairie Folies d'encre à Montreuil, métro Croix de Chavaux (dixit RzL)<br /> <br /> <br /> autre solution : tu te débrouilles pour le croiser à un concert de Fantazio...<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> des bises par chez toi, et à un de ces jours sur Seine !<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Ainsi, le  bruiteur du Nadir a lui aussi sa petite musique intérieure...<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> oui, très belle musique...<br /> <br /> <br /> (je l'ai connu en bruiteur de Fantazio pour ma part...)<br /> <br /> <br /> <br />