Il n'est pas sur du tout

Publié le par l'oeil

Vigilance et pauvreté...

Il n'est pas sur du tout qu'il fera jour demain.
Je sens déjà le sang qui cogne à mes artères,
Il monte de la rue des relents de colère,
Les soldats de l'absurde ont bloqué nos chemins,
les yeux des innocents ont des éclats coupables,
On hésite le soir à laisser voir ses mains.
Les jouets du plus fort sont assez redoutables.
Il n'est pas sûr du tout qu'on sera là demain.

Il n'est pas sûr du tout qu'il fera jour pour nous
Quand le diable et son train auront posé le casque.
Quelle gueule auront-nous à la fin des bourrasques ?
J'ai bien peur de me voir arpenter à genoux
Les rues de mon Paris que j'avais crues superbes.
Parmi les fantassins au regard d'Attila
Qui feront s'épanouir des grenades dans l'herbe,
Crois-tu qu'il fera jour encore après tout ça ?

il n'est pas sûr du tout qu'il fera jour demain.
Le monde est surpeuplé de prophètes et d'apôtres,
L'obscurité des uns fait la lumière des autres.
Les seuls qui savaient tout ont les menottes aux mains,
Et puis d'ailleurs pourquoi parler pour ne rien dire ?
Le monde est en avance ou je suis en retard.
Mon amour, je crois bien qu'on a frôlé le pire...
Il fait nuit, me dis-tu...Est-il déjà si tard ?

Bernard DIMEY, Le milieu de la nuit, Ed. C. Pirot

Triste résonnance...










Publié dans L'oeil à ouvrir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article