Débat de boue

Publié le par l'oeil et l'oreille

Ouvert aux quatre vents...

Celà faisait trop longtemps qu'on l'attendait au tournant le sieur Imbert-Imbert, et qu'on le lui faisait d'ailleurs savoir...
Trop longtemps qu'on aurait voulu ramener à la maison de ces petites perles vibrantes dont on se délectait en concert...

C'est donc enfin chose faite, dans le très bel écrin d'un digipack illustré du coup de crayon de Lola Carrère.
Sa contrebasse (Mme Imbert-Imbert), a pour l'occasion tout habillé de rouge sa cambrure, et nous ouvre le bal au bras de son complice aux chaussures magiques.

On replonge alors bien vite dans son univers atypique, doux et amer, cru et acide, d'une tendresse toujours débordante d'humour.

De nouvelles orchestrations sur certains titres nous aiguisent l'oreille, une guitare tente même de ravir la vedette sur "sans toi ni loi"...certainement une de ces infidélités passagères : face à la contrebasse, rien ne fait le poids, définitivement...
Et ce couple-là, on peut déjà parier qu'il va être de ceux qui durent, tant l'un résonne de l'autre, une "machine à vivre" au rythme de l'archet.

Dix titres.... j'ai envie de dire seulement....
Parce que la gourmandise est aussi un joli défaut...

Mais quand un goût de crasse arrive à vous mettre le coeur au bord des yeux, on ne peut pas se permettre de dire autre chose qu'un grand merci...

Le mirage émouvant, ne le cherchez plus, vous l'avez trouvé....

A consommer sans modération.

cd

En vente à partir du samedi 26 mai dans toutes les bonnes crêmeries...


Un goût de crasse :






Publié dans L'oreille à tendre

Commenter cet article

RzL 23/05/2007 23:37

très belle chronique! tout comme ce trop court album ...il manque la chanson au ukulélé!très bon choix de musique!On n'en est pas moins des moutons ...il va devenir vite inaccessible le garçon vu le succès qu'il connait! ;D